Voyage à Majdanek

Vendredi 19 janvier 2018, les élèves de terminale accompagnés par leurs professeurs d’histoire-géographie, Franck Duhautoy, et de polonais, Barbara et Andrzej Subko, se sont rendus dans le camp de concentration de Majdanek.

Voyage à Majdanek – photographie : Andrzej Subko

La visite de son mémorial, organisée dans le cadre du thème « Lieux et formes de pouvoir », a permis de mieux connaître le fonctionnement des camps de concentration nazis, outils de répression de ce totalitarisme et éléments de la Shoah. Dans le silence, le vide et entourés de conditions hivernales sévères, les lycéens se sont recueillis sur les traces d’un passé tragique, matérialisées par les vestiges de l’architecture du camp, des documents iconographiques, des photographies et des récits de survivants.

L’horreur de l’endroit s’harmonisait avec le rude climat de tempête hivernale du jour de la visite, « et le vent mouvant intensifiait le sentiment d’étrangeté et de mélancolie de ce lieu ».

« Ce qui m’a le plus surpris, c’est l’emplacement des camps de concentration – les maisons, des bus juste à l’extérieur du camp. » (Arthur)

« J’ai été particulièrement touché par la proximité entre la ville et le camp, par le fait que les gens vivent si près de lui. » (Leo)

« Majdanek est une machine moderne organisée avec précision pour priver les gens de leurs qualités humaines. » (Sarah)

« Il y avait un silence dans le camp de Majdanek. L’atmosphère de cet endroit ressemblait plus à un cimetière qu’à un musée. Ce qui m’a le plus touché, c’est la route pavée dans le camp faite de pierres tombales juives – matzevas. Il est ironique que ce qui est sacré pour l’un puisse se dégrader ainsi. » (Jan)

« Quand à la fin de la visite, nous nous nous sommes approchés du « cimetière de tous les prisonniers », un mausolée où furent recueillis les restes des victimes du crématorium, j’ai réalisé combien de personnes devaient vraiment y être mortes. » (Thibault)