« Au revoir là-haut », un film d’Albert Dupontel

Dimanche 15 avril 2018, les élèves de première inscrits en option cinéma-audiovisuel ont assisté à une projection d’Au revoir là-haut. Le film d’Albert Dupontel était présenté en ouverture du 24e Printemps du cinéma de Varsovie.

Albert Dupontel et Nahuel Perez Biscayart dans Au revoir là-haut © Jérôme Prébois / ADCB Film

Adapté du roman de Pierre Lemaitre, prix Goncourt 2013, Au revoir là-haut rappelle de nombreux films qui montrent la Grande Guerre au cinéma mais souffre de la comparaison. Les Croix de bois de Raymond Bernard, À l’Ouest rien de nouveau de Lewis Milestone ou Les Sentiers de la gloire de Stanley Kubrick figurent parmi les chefs-d’œuvre du 7e art.

Au revoir là-haut s’inscrit en particulier dans le corpus de films dont l’action se déroule juste après la Première Guerre mondiale. On pense bien sûr à La Vie et rien d’autre de Bertrand Tavernier, à La Chambre des officiers de François Dupeyron, mais surtout à Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet auquel Albert Dupontel avait participé en tant qu’acteur.

Sorti en France en octobre 2017, le film d’Albert Dupontel a obtenu 5 Césars et le Prix Jean Renoir des lycéens. Il a beaucoup plu aux élèves de l’option cinéma.

« Concernant les acteurs, j’ai trouvé que chacun s’était très bien imprégné de son rôle même si je porte une admiration plus grande à Nahuel Perez Biscayart qui a dû jouer, non pas avec la parole mais seulement avec les gestes. Au niveau visuel le film est époustouflant. » (Diane)

« Mon attention s’est portée sur le talent de Niels Arestrup. Le personnage de Marcel Péricourt, nécessitait selon moi un mélange équitable de tendresse, d’amour et de froideur. L’acteur réussit dans ce film, à incarner le personnage parfaitement. » (Ilona)